Blog » Technique Photo » Introduction à la photographie en mode manuel

Introduction à la photographie en mode manuel

Posté le 27.03.11 dans la rubrique Technique Photo

Introduction à la photographie en mode manuel La photographie, c’est l’art du compromis, ou comment arriver à produire une belle photo en jouant sur certains paramètres pour compenser le fait que l’on ne se trouve jamais dans des conditions de prise de vue parfaites.

Illustration ci contre copyleft Esparta sous Licence Creative Commons By sur Flickr - esparta/1578345062/

Dans cette brève introduction, nous parlerons de photographie en mode manuel.

Prendre une photo consiste à capturer suffisamment de lumière pour exposer un récepteur qui réagit aux particules de lumière (photons). Sur les appareils argentiques c’est un film chimique qui sera exposé à la lumière alors que sur un appareil photo numérique, ce sera un capteur CCD/CMOS. Que l’on travaille en argentique ou en numérique, le procédé est le même : le récepteur va capter une certaine quantité de photons sur chaque parcelle du capteur et les interpréter en lumière et couleurs.

Pour comprendre quels sont les compromis qui entrent en jeu dans la prise d’une photo, on peut se concentrer sur l’exposition, un des critères fondamentaux à maîtriser pour obtenir une bonne photo. L’exposition dépend de plusieurs paramètres réglables sur un appareil photo :

Sauf cas extrême ou artistique, le photographe cherche en général à augmenter la quantité de lumière pour améliorer sa photo. Pour ce faire, il peut :

Augmenter la durée d’exposition.

Mais cela a un impact négatif puisque le risque de flou augmente proportionnellement. Une règle empirique pour une prise de photo d’un sujet fixe, est que la durée d’exposition en 1/X s doit être telle que la longueur focale utilisée ne soit pas inférieure ou égale à X mm.

Par exemple pour une photo prise a 100 mm, il est conseillé de ne pas augmenter la durée d’exposition au delà de 1/100 s. Ceci dépend ensuite de la dextérité du photographe. L’utilisation d’un stabilisateur optique permet aussi de réduire cette contrainte.

Augmenter l’ouverture.

Augmenter l’ouverture réduit la profondeur de champ (PDC) de la photo, c’est-à-dire l’intervalle de distance entre lequel la zone de netteté se fait. Si cela permet d’attirer l’attention sur le sujet en floutant l’avant plan et l’arrière plan, il faut garder suffisamment de PDC pour que le sujet soit entièrement contenu dedans.

En fonction de la qualité de l’optique utilisée, il n’est pas toujours possible d’augmenter l’ouverture suffisamment pour compenser une faible luminosité. Et la différence de prix entre une optique qui n’ouvre qu’à f/5.6 et une optique professionnelle qui ouvre à f/2.8 (quatre fois plus lumineuse) permet de comprendre a quel point ce paramètre est important.

Augmenter la sensibilité.

Augmenter la sensibilité d’un capteur (que ce soit en achetant un film chimique plus sensible, ou en augmentant le réglage du capteur numérique) va permettre au capteur de réagir plus rapidement à la quantité de photos qu’il reçoit.

En gros, si on double la sensibilité en passant de 100 ISO à 200 ISO, on n’aura besoin de la moitié du temps d’exposition pour arriver à la même exposition de la photo.

Mais l’augmentation de sensibilité a un coût : un capteur qui réagit plus rapidement crée plus de parasites sur la photo. Ces parasites sont appelés grain en argentique (comme si la photo était rugueuse et non lisse) ou bruit numérique (des pixels de couleur rouge, vert, bleu parsemés sur la photo).

L’évolution de la qualité des capteurs numériques fait que la quantité de bruit a considérablement réduit dans les ISO élevés, que ce soit par conception du capteur ou par traitement numérique interne par le processeur embarqué de l’appareil. Ainsi il est aujourd’hui possible de monter facilement à 3 200 ISO en ayant une photo correcte alors que sur un Canon EOS 300D de 2005 il était difficile d’aller au delà de 400 ISO sans voire apparaître du bruit parasite. Les appareils les plus récents comme le Canon EOS 7D osent même des modes extrêmes à 12 800 ISO.

En résumé.

Pour augmenter la luminosité d’une photo on peut :

L'exposition, une histoire de compromis

Quel mode privilégier en mode manuel ?

Priorité Ouverture Av ou A. Dans ce mode vous fixez l’ouverture du diaphragme et l’appareil choisit un durée d’exposition adaptée afin d’avoir une exposition correcte. Vous pouvez aussi choisir la sensibilité du capteur. Ce mode est recommandé lorsque vous voulez maitriser la profondeur de champ, par exemple pour le portrait ou la macro, personnellement je l’utilise le plus souvent.

Priorité vitesse Tv ou S. Dans ce mode vous fixez la durée d’exposition et l’appareil choisit une ouverture de diaphragme adaptée afin d’avoir une exposition correcte. Vous pouvez aussi choisir la sensibilité du capteur. Ce mode est recommandé lorsque vous prenez un sujet en mouvement, par exemple pour la photo sportive ou le reportage.

Manuel complet M. Dans ce mode, vous fixez à la fois l’ouverture du diaphragme et la durée d’exposition. L’appareil vous indique alors l’exposition correspondante, c’est à vous de vous assurer que la prise de vue ne sera pas sous-exposée voire surexposée. Vous pouvez aussi choisir la sensibilité du capteur. C’est un mode pour travailler le style de la photo à privilégier quand vous avez le temps de faire plusieurs tentatives.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Poster un commentaire